Reconfinement. Branle-bas de combat au Portugal, où la troisième vague de la pandémie ne pardonne pas

Público (Lisbonne)
·1 min de lecture

La violente recrudescence de l’épidémie due au coronavirus a provoqué “2 056 morts en dix-sept jours”, annonce, ce mardi 19 janvier, Público à sa une. “C’est la folie dans les hôpitaux”, témoigne un pneumologue dans les colonnes du quotidien.

Permissif jusqu’aux fêtes de fin d’année, le Portugal vient de revoir brutalement sa stratégie de lutte contre le Covid-19. Réuni en urgence le 18 janvier, le gouvernement socialiste d’António Costa a encore “renforcé les restrictions et les contrôles des forces de l’ordre”, lit-on le lendemain sur la manchette de Público.

Un tour de vis qui intervient seulement trois jours après l’entrée en vigueur d’un deuxième confinement, visiblement pas autant respecté dans les rues portugaises que le premier confinement de avril-mars 2020.

Tâtonnements en attendant le miracle

Le pays vit pourtant ses jours les plus noirs depuis le début de l’épidémie. Et le gros chiffre qui barre la une de Público parle de lui-même : “2 056 morts liés au Covid-19 en dix-sept jours.” Un bilan “tragique”, déplore le journal, pour un pays de 10 millions d’habitants (qui vient de dépasser le seuil des 9 000 décès). “Restez chez vous”, insistait le 18 janvier le Premier ministre. Mais le “sursaut civique” attendu des Portugais par Costa, dont la confiance est érodée, n’est qu’un “mirage, un vœu pieux”, selon

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :