Reconfinement : "Beaucoup de nos concitoyens" téléphonent aux commissariats pour savoir ce qui est autorisé ou pas, constate un syndicaliste policier

franceinfo
·1 min de lecture

"Beaucoup de nos concitoyens nous téléphonent, les standards sont submergés", a déclaré samedi 20 mars sur franceinfo Laurent Martin de Frémont, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police FO dans les Alpes-Maritimes, alors que la mise en place du reconfinement dans 16 départements suscite de nombreuses interrogations, notamment sur ce qui est possible de faire ou pas. En Île-de-France, en Seine-Maritime, dans l'Eure, les Alpes-Maritimes et les Hauts-de-France, les déplacements de loisirs sont désormais autorisés dans un rayon de 10 km autour du domicile, sans limite de durée.

>> Covid-19 : retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

franceinfo : Presqu'autant d'exceptions que de règles. Est-ce que vous et vos collègues comprenez ces deux pages d'attestation ?

Laurent Martin de Frémont : Quand les premières déclarations ont été faites, ça nous a paru ressembler à une usine à gaz. Pour tout vous dire, permettez-moi l'expression triviale, mais la première question que nous nous sommes posé, c'est de savoir précisément comment on allait faire pour contrôler tout ça. Et puis, on constate ce matin que beaucoup de nos concitoyens nous téléphonent, les standards sont submergés, en nous disant concrètement, 'qu'est-ce que j'ai le droit de faire ?' 'Est-ce que vous pouvez nous aiguiller ?' 'Est-ce que pouvez m'éclairer ?'

Justement, pour que tout le monde comprenne bien ce dont il s'agit, qu'il y ait peut-être moins d'appels dans (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi