Recomposer la gauche passe par Mélenchon

Libération.fr

Le succès de la France insoumise invalide l’idée d’une gauche recroquevillée sur le secteur public et oppose un populisme progressiste au national-populisme. Son candidat devient un élément central de l’échiquier politique.

Sept millions d’électeurs se sont portés sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon lors de ce premier tour de l’élection présidentielle (2,3 millions de voix de plus que Lionel Jospin le 21 avril 2002). En décembre 2015 pourtant, ils n’étaient que 900 000 à choisir les listes de la gauche radicale ou du Parti communiste, forces qui avaient porté la candidature Mélenchon en 2012. L’événement est donc considérable. Il s’explique néanmoins.

Le bloc historique néolibéral qui s’était imposé depuis les années 1980 a été fragilisé par les répercussions de la crise de 2008. Le fonctionnement du régime politique de l’UE a évolué vers des solutions recourant à la coercition sur le plan économique. Dans notre pays, la désindustrialisation a atteint son paroxysme, donnant à la peur du déclin une traduction concrète dans le quotidien de millions de Français.

Dans de nombreux pays européens, les catégories diplômées, souvent les plus jeunes et les plus urbaines, ont subi les conséquences de la crise rejoignant ainsi les mondes ouvriers. Déclassement et précarisation ont fait muter leur vision du monde. Alors que les gouvernements et partis sociaux-démocrates s’alignaient sur le consensus économique et social conclu au sein de l’UE sous égide de la chancelière Angela Merkel, le cœur de l’électorat de la gauche sociale-démocrate devenait plus réticent à consentir aux «réformes».

Les étudiants et les diplômés précarisés forment ainsi le noyau commun aux électorats de Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon. Si les jeunes actifs diplômés ont porté Benoît Hamon à la primaire de la gauche contre les gouvernants et dirigeants du même parti, les étudiants forment un important bataillon d’électeurs de La France insoumise. Ce groupe social acquiert une vocation politique (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Emmanuel Macron ou le jeune, le neuf et le sens de l’histoire
Le candidat d’En marche champion du bloc bourgeois
Pour que le cauchemar ne devienne pas réalité
Emmanuel Macron doit donner des gages à la société civile
Scrutin historique et risques de vide politique

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages