RECIT. "Elle a traversé la rue, pleine de sang" : quatre ans après, Nice à nouveau frappée par le terrorisme

Ilan Caro
·1 min de lecture

"Partez ! Partez ! Il y a des morts, il y a des blessés !" Il est 8h50 devant la basilique Notre-Dame de l'Assomption, à Nice, jeudi 29 octobre, quand les riverains entendent une femme hurler. "Tout le monde était affolé et courait partout pour essayer d’évacuer l'avenue Jean-Médecin et les rues aux alentours", raconte un témoin. La scène se déroule en plein centre-ville, à deux pas de la gare, le long de cette artère très commerçante desservie par une ligne de tramway. Dans les rues de la cité azuréenne, le souvenir de l'attentat du 14 juillet 2016 ressurgit immédiatement. "On a cru revivre ce qui s’était passé. Revivre ça, ce n'était pas facile, pas du tout", explique l'avocat Edouard Simier, dont les bureaux sont situés tout près.

Quelques minutes plus tôt, à l'intérieur, l'horreur vient de frapper à nouveau. Un homme armé d'un couteau s'attaque à plusieurs personnes présentes dans l'église. Une fidèle de 60 ans, venue prier, est retrouvée égorgée, quasiment décapitée, près du bénitier, à l'entrée de l'église. Le sacristain, personne (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi