RECIT. Evacuation violente de migrants, tabassage de Michel Zecler... La semaine où les violences policières ont mis l'exécutif sous pression

franceinfo
·1 min de lecture

La séquence a provoqué une vague d'indignation jusqu'à la plus haute fonction de l'Etat. Dans un long texte posté sur Facebook, vendredi 27 novembre, Emmanuel Macron affirme que ces images "nous font honte". Ces images, ce sont celles du passage à tabac de Michel Zecler, un producteur musical de 41 ans, par trois policiers. S'il est rare que le chef de l'Etat, représentant des institutions de la République, se prononce sur des événements mettant en cause la police, plusieurs membres de la majorité ont aussi affiché leur réprobation vis-à-vis des images diffusées ces derniers jours sur les réseaux sociaux, en pleine polémique sur la loi de "sécurité globale". Retour sur une semaine où les violences policières ont mis l'exécutif sous pression.

Vendredi 20 novembre : l'Assemblée vote l'article 24 de la loi "sécurité globale"

A l'issue de plus de quatre heures de débats parlementaires, les députés ont voté en première lecture l'article 24 de la loi "sécurité globale". Cet article, le plus controversé de la loi, avait été amendé la veille au soir par le gouvernement lui-même. Le texte de loi, émanant du rapport de deux députés (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi