RECIT. "La République, c'est moi !" : retour sur la perquisition du siège de La France insoumise qui vaut un procès à Jean-Luc Mélenchon

Clément Parrot

Il a rendez-vous avec la justice. Jean-Luc Mélenchon est attendu au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), jeudi 19 et vendredi 20 septembre, pour les incidents survenus lors de la perquisition au siège de La France insoumise (LFI) en octobre 2018, dans le cadre de deux enquêtes préliminaires du parquet de Paris sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017 et sur les conditions d'emploi d'assistants d'eurodéputés de LFI. Le député des Bouches-du-Rhône comparaît pour "actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire, rébellion et provocation", en compagnie des députés LFI Alexis Corbière et Bastien Lachaud, de l'eurodéputé Manuel Bompard, du haut-fonctionnaire Bernard Pignerol et de l'attachée de presse du parti Muriel Rozenfeld. Le tribunal aura notamment la tâche de démêler les versions du déroulé de cette perquisition électrique et médiatique.

"Montrer que ce n'est pas normal"

Il est un peu plus de 10h30, mardi 16 octobre 2018, quand Eric Coquerel arrive à l'entrée du 43, rue de Dunkerque, dans le 10e arrondissement de Paris. "Je décide de rejoindre le siège de La France insoumise, histoire de marquer le coup, pour montrer que ce n'est pas normal (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi