RECIT. Brexit : les 48 heures qui ont fait vaciller Boris Johnson

Marie-Adélaïde Scigacz

Si le Brexit était un sport, il serait un improbable triathlon : un mélange sur mesure de course de fond, de sprint et, bien sûr, de boxe anglaise. Mardi 3 et mercredi 4 septembre, les débats interminables et votes à la hâte organisés à la Chambre des communes ont fait vaciller le champion conservateur, Boris Johnson.

Jeudi 5 septembre, le Premier ministre britannique a pris un nouveau coup en apprenant la démission de son frère, Jo Johnson, secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur. Mais il n'entend pas se coucher avant d'avoir tout donné. Alors qu'une autre figure du Parti conservateur (Tories), le Brexiter Jacob Rees-Mogg, a indiqué qu'un nouveau vote sur la tenue d'élections anticipées aurait lieu lundi 9 septembre, franceinfo remonte le temps et vous raconte ces 48 heures d'un assaut parlementaire coordonné contre le chef du gouvernement qui a finalement permis à l'opposition de faire voter une loi évitant une sortie de l'UE sans accord fin octobre.

Mardi, 6 heures : le début du compte à rebours

Le soleil se lève sur Big Ben. Dans les kiosques à journaux, le Premier ministre – costume et cravate bleus, tignasse blonde presque disciplinée – affiche une mine exceptionnellement contrariée. Ces photos sont tirées d'une allocution (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi