Rechercher des symptômes sur Internet n'a pas que des inconvénients

·2 min de lecture
recherches internet

Selon une étude menée par des chercheurs américains, taper des symptômes sur Internet pour établir un autodiagnostic n'a pas que des inconvénients. Bien au contraire...

Migraines, nausées, fièvre… Qui, en étant malade, n’a jamais tapé sur Internet la liste de symptômes qu’il avait afin de savoir ce qu’il pouvait avoir ? Ce réflexe est totalement humain même s’il est parfois source de multiples angoisses… Et bien, aussi surprenant que cela puisse paraître, selon une étude publiée dans la revue médicale JAMA Network, cette attitude serait bien plus utile que ce que l’on pourrait penser. Les chercheurs estiment, d'ailleurs, que les diagnostics en ligne seraient de plus en plus précis.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "C’est le premier cancer, tous sexes confondus, alors il faut y penser"

Pour parvenir à ces conclusions, ils ont demandé à près de 5000 participants, majoritairement de plus de 45 ans, d’imaginer un symptôme qu’ils pouvaient avoir et de faire un diagnostic avec des informations données par les chercheurs. Dans un second temps, les personnes ont tapé sur Internet les même symptômes afin d’établir un autodiagnostic. Les scientifiques leur ont demandé d’établir un niveau de gravité entre "laisser la maladie guérir seule" et "se rendre aux urgences". Les participants ont eu la possibilité de mesurer, tout au long de leurs recherches, leur niveau d’angoisse afin de savoir si cela les rassurait ou au contraire cela les rendait hypocondriaques.

VIDÉO - Coronavirus : les hypocondriaques engorgent les files d'attente

Pas plus de stress en cherchant sur Internet

Résultat : la précision du diagnostic s’est améliorée de 4,2% après la recherche effectuée sur les moteurs de recherche, passant de 49,8% à 54%. "Beaucoup de médecins estiment que l’utilisation d’Internet pour se renseigner sur des symptômes est nuisible, mais ce n’est pas le cas", indique le Docteur David Lavine, de l’école de médecine de Harvard au Guardian. À noter qu’en moyenne, les participants ont mis douze minutes pour établir un diagnostic. 

Ce sont les personnes les plus âgées et ayant eu une expérience dans le domaine médical qui ont réalisé un meilleur diagnostic. Autre élément rassurant : "Après la recherche, les participants n’étaient pas plus anxieux et ne souhaitaient pas se rendre aux urgences”, affirme le Docteur Lavine.

Précisons toutefois qu’un autodiagnostic ne remplacera jamais un avis médical. En cas de doute, il est donc préférable de consulter dans les meilleurs délais.