Réchauffement climatique : des risques mortels pour 1 milliard de personnes si la température augmente de 2°C

·3 min de lecture
En 2017, l'OMS estimait qu'au moins 166 000 personnes dans le monde sont mortes à cause des vagues de chaleur survenues au cours des deux dernières décennies.

Selon une étude publiée par le service national britannique de météorologie lors du sommet sur le climat COP26, le réchauffement climatique entraîne une combinaison de température et d'humidité qui pourrait être mortelle pour un milliard d'êtres humains.

Un milliard de personnes seront atteintes d'un stress thermique extrême si la température augmente de 2°C. C'est le constat alarmant fait par le service national britannique de météorologie (Met Office) lors du sommet pour le climat qui se déroule à Glasgow, où les dirigeants du monde entier ont rappelé qu'il fallait limiter le réchauffement à 1,5 degré plutôt qu’à 2 degrés. Pour rappel, le stress thermique est l'incapacité du corps humain à maintenir une température normale lorsque la température et l'humidité sont élevées. Ces deux degrés supplémentaires multiplieraient par 15 le nombre de personnes exposées au stress thermique par rapport à aujourd'hui, rapportent les scientifiques dans cette étude relayée par le Guardian.

À LIRE AUSSI >> Quels sont les animaux les plus menacés par le réchauffement climatique ?

Le Met Office a fait-état d'une température humide maximale que le corps humain peut atteindre. Lorsque cette température humide atteint 35°C (une combinaison de 46°C de chaleur et de 50% d'humidité), les chercheurs indiquent que le corps humain ne peut plus se refroidir grâce à la transpiration. Dans cette situation, même les personnes en bonne santé assises à l'ombre mourraient dans les 6 heures. La limite de température humide est estimée à 32°C et les travailleurs doivent tout de même se reposer au moins 10 jours par an afin d'éviter l'épuisement par la chaleur, indique l'analyse du Met Office.

13% de la population mondiale risque la mort

Si la température moyenne augmente de 2°C, 13% de la population mondiale serait donc sévèrement affecté par cette hausse des températures. Si les efforts pour mettre fin à l'urgence climatique venaient à échouer et que les températures augmentent de 4°C, ça serait la moitié de la population mondiale qui souffrirait de ce stress thermique extrême, affirment les scientifiques.

Tous les pays de la zone de la bande tropicale qui s'étend de part et d'autre de l'Équateur risquent de se transformer en un nouvel environnement inhabitable pour l'être humain, notamment certaines zones des pays comme le Brésil, l'Inde ou l'Ethiopie. Si ces zones tropicales sont plus exposées aux risques du réchauffement climatique, le Professeur Albert Klein Tank, directeur du Met Office Hadley Centre, rappelle que "toutes les régions du monde – y compris le Royaume-Uni et l'Europe – devraient subir les impacts continus du changement climatique."

Les Chinois les plus durement touchés ? 

Cette analyse du Met Office s'appuie sur les recherches du projet européen Helix, qui cartographie également les risques croissants d'inondations fluviales, d'incendies de forêt, de sécheresse et d'insécurité alimentaire. Pratiquement toute les zones habitées du monde sont concernés par au moins l'un de ces phénomènes.

Selon une étude réalisée en 2018, l'endroit le plus meurtrier de la planète en raison des futures vagues de chaleur extrêmes serait la plaine du nord de la Chine, qui est l'une des régions les plus densément peuplées au monde ainsi que la zone de production alimentaire la plus importante de l'Empire du Milieu, précise le Guardian.

VIDÉO - Les conséquences du réchauffement climatique sur la santé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles