Les recettes secrètes de Guillaume Gomez, le chef de l'Elysée

·2 min de lecture

Dans «A la Table des présidents»*, fruit de 6 ans de travail, Guillaume Gomez, le chef des cuisines de l’Elysée, décortique des menus emblématiques de la présidence sous les angles historique et gastronomique, en proposant les recettes de plats dégustés par les grands de ce monde.

Sarkozy, Hollande et Macron réunis

Emmanuel Macron et ses deux prédécesseurs ont pris chacun leur plume pour un «témoignage libre». François Hollande estime que la «table du président de la République ne peut être "normale"», clin d’œil à un adjectif qui l’a suivi tout le long de sa présidence. Pour Nicolas Sarkozy le repas servi à l’Elysée est le «souvenir d’une vie» pour de nombreux invités. «J’aurais aimé que Jacques Chirac puisse écrire un texte, il a tellement fait pour moi, je lui dois ma carrière», commente Guillaume Gomez.

La Reine d’Angleterre a pu choisir son menu

Elizabeth II a été conviée à la table de tous les présidents, de la IVe et la Ve République. Le 6 juin 2014, Sa Majesté et le prince Philip sont à l’Elysée pour un dîner d’Etat. Lors de l’élaboration du menu, «je propose du foie gras car je sais que la Reine aime. Problème, le Prince Charles est contre cette spécialité». «François Hollande propose un compromis : faire choisir le menu à la Reine - qui a opté pour le foie gras. Ce fut la première et unique fois qu’un chef d’Etat reçu à l’Elysée a pu choisir son menu», se souvient le chef des cuisines. «Face au scandale Outre-Manche, l’ambassade a du désamorcer expliquant que c'était le choix de la Reine».

Lire aussi : Quand Elizabeth II, invitée à l'Elysée, impose le foie gras banni par son fils

Interdits alimentaires et téléphone bleu

Lors de la visite d’un chef d’Etat en France, «je reçois la liste de ses interdits alimentaires, liés à la religion, à des allergies ou à ses goûts. Elle est confidentielle. Il y a de tout, c’est assez classique», explique le chef. «Nous avons les interdits, mais pas forcément les plaisirs». C’est là qu’intervient le «téléphone bleu» du Club des chefs des chefs. Exemple,(...)


Lire la suite sur Paris Match