La recette du ti punch

·1 min de lecture

Sous-produit de l'industrie sucrière, les premières mentions de cet alcool de canne à sucre remontent au 17e siècle, sur l'île de la Barbade. Il s'agit, dans un premier temps, d'un produit rustique et mal maîtrisé. C'est un alcool de pauvres qui est embarqué dans les bateaux et consommé par les marins et les esclaves car il vaut mieux que l'eau croupie. Petit à petit, il arrive en dehors des colonies pour s'imposer lentement.

Cet alcool peut être produit à base de jus de canne à sucre (le vesou) ou de mélasse (jus de canne raffiné). L'un ou l'autre sont mis à fermenter afin d'obtenir un "vin de canne" qui sera ensuite distillé et élevé. Il existe deux manières de distiller : la distillation à repasse et la distillation en continu. Rhum, rum ou ron… les trois dénominations existent et dépendent de l'origine du produit.

Le "ron" est d'origine espagnole, mélasse distillée en continu dans des alambics à colonne (Cuba, République dominicaine, Colombie, Vénézuela…). Le "rum" est d'origine anglaise, mélasse distillé dans un alambic à repasse : plus concentré et puissant (Jamaïque, Barbade, Bermudes…). Le "rhum" est français. Il bénéficie d'AOP ou IGP en Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion. On doit le premier rhum français au Père Labat, un missionnaire qui, au 18e siècle, a considérablement amélioré le processus de distillation.
Types de rhums
- Traditionnel : à base de mélasse
- Agricole : à base de vesou
- Blanc : sortie de l’alambic autour de 65°, il sert à la préparation d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles