La recette de pain perdu d’Hélène Darroze

Bosio, Alice
«Le pain perdu peut se ­servir avec de la confiture ou une glace à la vanille. Je l’aime aussi accompagné de fruits rôtis», conseille Hélène Darroze. / Pierre- Louis Viel

LA RECETTE RÉCONFORTANTE DU CHEF - Chaque jour, un grand cuisinier nous confie les secrets d’un plat réconfortant.

«Le pain perdu est ma madeleine de Proust. Mon dessert d’enfance, dans les Landes. Ma grand-mère en faisait souvent avec les restes de pain. En rentrant de l’école, lorsque je sentais l’odeur de ce goûter en bas des escaliers de son domicile, c’était vraiment le bonheur! Dans ma famille, jamais nous ne jetions le pain dur: parfois nous le donnions aux poules, mais surtout nous le recyclions dans des soupes, des desserts ou des salades, frotté avec de l’ail. Mais le pain perdu restait pour moi ce qu’il y avait de meilleur. C’est un plat généreux, gourmand, goûteux et plein de bonnes valeurs pour les enfants, puisqu’il permet d’apprendre à recycler. Je ne me souviens plus de la recette exacte de ma grand-mère, mais dans ma version je mélange du lait et de la crème pour le rendre plus onctueux.

» LIRE AUSSI - Hélène Darroze: «Avec Marsan, j’ai envie de revenir à mes origines»

INGRÉDIENTS POUR 4 PERSONNES:

8 tranches de 1,5 cm de pain rassis ou de brioche dure, 50 cl de lait, 25 cl de crème liquide, 1 gousse de vanille, 2 jaunes d’œufs, 55 g de sucre.

Je mets le lait, la crème et la gousse de vanille - coupée en deux dans le sens de la longueur - dans une casserole que je porte à ébullition. Il faut bien laisser infuser pour que la vanille diffuse ses arômes. Je verse ensuite le sucre dans le lait et la crème bien chauds pour qu’il fonde. Je bats les jaunes d’œufs dans un saladier puis j’y incorpore le mélange lait-crème-sucre. Et je laisse refroidir. Quand la préparation est froide, je la verse dans un plat pour pouvoir y plonger généreusement les tranches de pain en les retournant. Je cuis ensuite le pain imbibé dans une poêle avec un peu de beurre doux, en colorant bien toutes les faces jusqu’à ce que le mélange lait-œufs soit un peu cuit. Attention à bien maîtriser la cuisson, car ça peut très vite brûler! Le feu ne doit pas être trop fort. Quand (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Toutes les recettes réconfortantes de chefs 
Les 100 desserts à goûter au moins une fois dans sa vie à Paris 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro