Rebond en vue à Wall Street après une semaine difficile

par Laetitia Volga
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES AVANCENT À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse et les Bourses européennes avancent à mi-séance lundi, aidées par une hausse des valeurs minières, la frénésie des spéculateurs particuliers qui a déstabilisé les marchés mondiaux la semaine dernière se portant désormais sur le métal argent.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street dans le vert avec des progressions de 0,8% à 1%.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,34% à 5.471,7 vers 12h05 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,36% et à Londres, le FTSE s'octroie 1,31%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 1,41%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro monte de 1,56% et le Stoxx 600 de 1,35%.

Après les valeurs mis en difficulté par la crise sanitaire, comme GameStop ou AMC, l'argent est la nouvelle cible d'un bataillon d'investisseurs particuliers qui s'emploient à faire monter les cours de certains actifs sur d'importants fonds d'investissement ont parié à la baisse.

Le cours spot de l'argent a pris jusqu'à plus de 10%, à 30,03 dollars l'once, son plus haut niveau depuis février 2013, ce qui a porté sa hausse depuis mercredi dernier à près de 19%.

"Le fait qu'un marché aussi large et liquide que celui de l'argent puisse être ciblé par les investisseurs individuels en dit long sur le changement auquel nous assistons, même si, malgré les apparences de ce matin, il sera beaucoup plus difficile de forcer des rachats sur l'argent car le marché est beaucoup plus profond et plus liquide", commente Neil Wilson chez Markets.com.

Les préoccupations liées à l'impact économique de l'épidémie sont reléguées au second plan même si la publication des résultats définitifs des enquêtes mensuelles PMI dans le secteur manufacturier a montré un ralentissement de la croissance en zone euro.

En Chine, la croissance de l'activité du secteur manufacturier a également ralenti le mois dernier, pour tomber à son rythme le plus lent en sept mois avec le regain de la pandémie.

La semaine qui s'ouvre sera marquée par de nombreux résultats d'entreprises, avec notamment Alphabet et Amazon mardi après la clôture de Wall Street, mais aussi par les annonces de la Banque d'Angleterre jeudi et par le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis vendredi.

Toujours aux Etats-Unis, les investisseurs suivront avec beaucoup d'attention les discussions à Washington sur le plan d'aide économique de 1.900 milliards de dollars proposé par Joe Biden alors que plusieurs républicains veulent fortement réduire son montant global.

VALEURS EN EUROPE

L'indice européen des ressources de base gagne 3,19%, la plus forte progression sectorielle de la journée, grâce au renchérissement de l'argent.

Rio Tinto, ArcelorMittal, Anglo American et Eramet gagnent de 2,18% à 4,95%.

"Les marchés financiers et les autorités de régulation sont beaucoup plus à l'aise avec la hausse d'une matière première comme l'argent dont le prix est beaucoup plus difficile à influencer que celui d'une action", a déclaré David Madden, analyste chez CMC Markets.

Asos grimpe de 6,06%, le groupe de prêt-à-porter ayant annoncé le rachat des marques Topshop, Topman, Miss Selfridge et HIIT aux administrateurs d'Arcadia Group pour 300 millions d'euros.

En baisse, les groupes d'immobilier commercial français accusent le coup de la fermeture des centres commerciaux de plus de 20.000 m2: Klépierre perd 5,44% et Unibail-Rodamco-Westfield 4,37%.

La compagnie aérienne Ryanair cède 0,8% après avoir averti qu'elle pourrait perdre près d'un milliard d'euros sur l'exercice financier en cours, ce qui serait de loin le pire résultat de son histoire.

TAUX

Le rebond des actions ne profite pas aux emprunts d'Etat: le rendement des bons du Trésor américain à dix ans perd autour de 1,5 point de base à 1,0774% et son équivalent allemand est inchangé à -0,516%.

CHANGES

Le dollar poursuit sa hausse face aux autres grandes devises (+0,26%) et l'euro abandonne 0,44% face au billet vert, à 1,2083

La livre sterling évolue au plus haut depuis mai contre l'euro grâce notamment à l'optimisme concernant la campagne de vaccination au Royaume-Uni.

Le bitcoin prend de son côté 3,36% après qu'Elon Musk, le directeur général de Tesla, s'est de nouveau affiché comme un partisan de la cryptomonnaie.

PÉTROLE

Les cours du brut amplifient leur progression après un début de séance hésitant, la perspective de la diminution de l'offre saoudienne l'emportant pour l'instant sur les risques entourant la demande.

Le baril de Brent avance de 1,29% à 55,75 dollars et le baril de brut léger américain (WTI) 1,03% à 52,74 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Marc Angrand)