Les rebelles syriens et les forces d’el-Assad s'affrontent désormais aussi en Libye

Les forces du régime de Damas et les rebelles syriens se battent désormais aussi en Libye. Les premiers ont rejoint les rangs du maréchal Haftar, les seconds soutiennent le GAN, le gouvernement d’accord national de Fayez el-Sarraj. Une exportation du conflit orchestrée par les puissances russes et turques.

C’est une nouvelle étape dans l’internationalisation des conflits libyen et syrien désormais de plus en plus imbriqués. D’un côté, il y a le camp du maréchal Khalifa Haftar, soutenu par la Russie et qui est devenu, depuis peu, l’homme fort de l’est libyen. Il noue des liens avec le régime de Bachar el-Assad. Des vols relient désormais Damas à son fief de Benghazi avec à bord, des combattants syriens pro-régime, selon un rapport confidentiel des Nations unies.

Face à eux, la Turquie et ses rebelles syriens, transformés là aussi en mercenaires à la solde d’Ankara. Certains combattent depuis plusieurs mois aux côtés des troupes turques déployées en Libye.

Une guerre par procuration

Selon des militants de l’opposition syrienne contactés par RFI, en échange d’un passeport turc et de 2 000$ par mois, ces rebelles syriens se sont envolés vers la Libye avec l’objectif de soutenir l’allié turc : le gouvernement d’accord national de Fayez el-Sarraj.

1 000 kilomètres séparent la Libye et la Syrie, mais ce sont désormais les mêmes jeux d’alliance qu’on retrouve sur les deux terrains, avec à la clef une nouvelle guerre par procuration que se livrent la Turquie et la Russie.