Rebâtir notre système de santé : et si on partait du terrain ?

Par Cédric Arcos, Didier Bazzocchi, Philippe Denormandie, Olivier Mariotte, Vincent Olivier, Benoît Péricard et Guy Vallancien
La salle d'attente des urgences médico-chirurgicales de l'hôpital Saint-Antoine, à Paris. 

TRIBUNE. En s'appuyant sur cinq exemples de parcours, sept membres du monde médical proposent neuf clés pour réussir le « Ségur de la santé ».


Notre système de santé marche sur la tête. Au lieu de partir des besoins des Français, il est construit en fonction de l'offre existante. Au lieu de s'inspirer de l'expérience des personnels de santé, il est conçu « d'en haut », selon des règles éloignées de la réalité quotidienne.

Le « Ségur de la santé » offre une opportunité exceptionnelle d'inverser les priorités au prix d'une refonte de l'ensemble du système en le développant depuis ses racines jusqu'à son faîte. S'il se contente de réformes structurelles et financières, aussi larges soient-elles, sans changer de logique et sans donner un cap politique clair, l'objectif sera manqué.

Lire aussi Guy Vallancien – Santé : les 10 chantiers à lancer d'urgence

Les cinq exemples de parcours suivants doivent amener le « Ségur de la santé » à répondre aux questions qu'ils soulèvent :

Emma, atteinte d'une maladie rare. Intervenants : famille, aidant familier (auxiliaire de vie), aide-soignante à domicile, ergothérapeute, référent parcours de santé, prestataire de services à domicile, conseil départemental, médecin généraliste, centre de référence et filière maladies rares.Paul, personne âgée dépendante GIR1 en Ehpad. Intervenants : aide-soignante, infirmiers, médecin généraliste, assistante sociale, maison départementale des personnes handicapées et conseil départemental.Jules, en attente d'une chimiothérapie à domicile. Intervenants : service de soins infirmiers à domicile, infirmière coordinatrice, oncologue, médecin généraliste, centre de lutte contre le cancer.Fatima, urgence à 22 heures, habite en zone sous-dense. Intervenants : maison de garde et maison de santé pluriprofessionnelle, service d'urgence, service départemental d'incendie et de secours, téléconsultation.Gérard, diabétique de type 1. Intervenants : (...) Lire la suite sur LePoint.fr

Phébé – Un bon directeur d’hôpital ne fait pas forcément un bon hôpital
TRIBUNE. 23 propositions nouvelles et indépendantes pour l’hôpital public de demain
Haïm Korsia – Loi Avia : ni nécessaire, ni adaptée, ni proportionnée ?
BHL – Brève histoire de la poignée de main
Recevez la newsletter Le Point.fr