Le Real Madrid remporte la Supercoupe de l'UEFA face à l'Eintracht Francfort

© Javier Soriano, AFP

Le Real a surclassé, mercredi, l'Eintracht Francfort (2-0) à Helsinki, remportant la 5e Supercoupe de l'UEFA de l'histoire du club.

Et de deux coupes pour le Real Madrid. Déjà vainqueur de la Ligue des champions en mai, le club a remporté, mercredi 10 août, la Supercoupe de l'UEFA contre l'Eintracht Francfort (2-0) à Helsinki. Ce trophée vient s'ajouter aux 97 déjà présents dans la grande armoire du Real, le club le plus titré au monde, devant les 96 du Barça.

Et comme durant toute la dernière campagne de Ligue des champions, c'est l'inévitable Karim Benzema qui a délivré les Madrilènes à la 65e minute sur une frappe à l'entrée de la surface.

Avec le même onze que celui aligné au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions remportée contre Liverpool le 28 mai, Carlo Ancelotti a réussi son pari et est devenu le premier entraîneur de l'histoire à cumuler quatre Supercoupes d'Europe.

"S'il faut gagner toutes les compétitions, on essaiera", avait lancé le technicien italien mardi en conférence de presse.

Benzema, second meilleur buteur de l'histoire du Real

Karim Benzema a lui aussi repris sur le même rythme que la saison précédente. L'avant-centre français, immense favori pour le Ballon d'Or le 17 octobre, est devenu, grâce à son but au stade olympique d'Helsinki, le 2e meilleur buteur de l'histoire du Real, devant les 323 buts de la légende Raul.

Cette Supercoupe lui a aussi permis d'égaler les 23 titres glanés par la légende Paco Gento sous le maillot merengue, et de soulever son premier trophée en tant que capitaine officiel de la "Maison blanche".

Son association avec Vinicius, très actif sur le côté gauche, a encore une fois fait des étincelles mercredi soir. À la 17e, "KB9" a laissé filer un ballon transmis par Valverde en direction du Brésilien, dont la reprise a été contrée par le retour fulgurant de Tuta. Et à la 37e, la frappe de "Vini" a frôlé le montant droit de Kevin Trapp.

L'autre grosse satisfaction côté madrilène est précisément Federico Valverde: l'Uruguayen, aligné sur l'aile droite comme lors de la finale de C1, a évolué à un niveau très élevé, multipliant les appels et les débordements.

Mais les Madrilènes, malgré leur maîtrise apparente, se sont toutefois fait peur à l'entame : au quart d'heure de jeu, Daichi Kamada, préféré à la recrue Mario Götze en attaque, a été servi en profondeur, mais a buté face à Thibaut Courtois, lui aussi très concentré dès les premières minutes de la saison.

Résultat : une copie propre pour le champion d'Espagne et d'Europe en titre, qui reprend sa saison comme il l'avait terminée, en gagnant.

Un début de saison plombé pour l'Eintracht

Pour l'Eintracht, vainqueur de la Ligue Europa en mai, cette deuxième défaite consécutive, après la lourde défaite 6-1 en ouverture du championnat d'Allemagne vendredi face au Bayern Munich vient plomber le début de saison des hommes d'Oliver Glasner, qui a tardé à faire entrer Randal Kolo-Muani (67e à la place de Jesper Lindstrom), dangereux dès son apparition sur la pelouse.

Privés de Filip Kostic, en partance vers la Juventus, les Aigles n'ont pas pu faire grand chose face à cet immuable Real.

Désormais, c'est la Liga qui attend Carlo Ancelotti et ses hommes : le Real débutera son championnat domestique dimanche (22 h) par un déplacement à Almeria.

Avec AFP