Reçus par Darmanin, les syndicats de police se disent "relativement entendus"

·2 min de lecture

Gérald Darmanin a reçu vendredi matin les représentants des forces de l'ordre afin de préparer le "Beauvau de la sécurité" prévu pour janvier et censé apaiser l'actuel malaise policier. A la sortie, les différents syndicats, conditionnant encore leur participation, avaient l'impression d'avoir été "relativement entendus".

Policiers et gendarmes avaient rendez-vous place Beauvau. Le ministre de l'Intérieur a reçu vendredi matin les représentants des forces de l'ordre dans le but d'apaiser les tensions actuelles, sur fond d'accusation de racisme et de violences, et afin de préparer le "Beauvau de la sécurité", prévu pour janvier. Ce sommet, annoncé début décembre par Emmanuel Macron, pourrait déboucher sur 1,5 milliard d’euros de crédits budgétaires supplémentaires accordés au ministère de l’Intérieur pour améliorer et renforcer les formations et équipements.

"Les policiers ont été relativement entendus", salue l'Unsa

Seulement voilà, plusieurs syndicats de police conditionnent leur participation. Avant d'annoncer sa venue au "Beauvau", l'Unsa exige ainsi que Gérald Darmanin confirme que l'article 24 de la loi "sécurité globale", qui propose l'encadrement strict de la diffusion des images de policiers et de gendarmes, est toujours d'actualité. "Aujourd’hui les policiers ont été relativement entendus, même si on attend des choses concrètes. Le ministre s’est engagé à répondre par écrit aux interpellations qu’on a pu lui faire, notamment sur l'article 24. Il nous a dit que cet article n'était pas enterré", explique Olivier Varlet, secrétaire général UNSA police, au micro d'Europe 1.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Gérald Darmanin a par ailleurs assuré vendredi aux représentants des forces de l'ordre que les policiers auraient bien droit ...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :