RDC: Vital Kamerhe de retour à Kinshasa après 4 mois d'absence

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vital Kamerhe est de retour à Kinshasa depuis lundi matin après quatre mois de séjour médical en France. En liberté provisoire depuis le 6 décembre 2021, l’ancien directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi revient en RDC dans un contexte marqué par l’annulation de l'arrêt de la cour d'appel l’ayant condamné à 13 ans de prison pour détournement de fonds publics. Ses avocats préparent sa défense devant de nouveaux juges. Vital Kamerhe revient à Kinshasa, également conscient des enjeux politiques de l’heure.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Trois heures du matin, un jet privé se pose sur le tarmac de l’aéroport international de Ndjili. Trois passagers à bord : Vital Kamerhe, son épouse Hamida Chatur et son assistant personnel Michel Moto. Un retour très discret, à l’image de la posture adoptée par l’ancien bras droit de Félix Tshisekedi depuis quelques mois.

Vital Kamerhe n’est pas guéri, mais soulagé, nuancent ses proches. Ils décrivent tout de même un homme en forme et déjà apte à reprendre la gestion quotidienne de son parti, en attendant l’issue de son procès.

Si les sorties médiatiques ne sont pas prévues dans les prochaines semaines, Vital Kamerhe sera actif et restera à Kinshasa, tout en gardant un œil sur la gestion de son parti, l'Union pour la nation congolaise, l'UNC.

D’ailleurs, son jeune secrétaire général, Billy Kambale, qui était chargé de redynamiser le parti et de maintenir la pression politique en vue de la libération de l’ancien président de l’Assemblée nationale, va céder le bâton de commandement de l’UNC. Ce retour est déterminant pour Vital Kamerhe dont le parti a amélioré ces derniers jours ses rapports avec Félix Tshisekedi.

Déterminant également à une année des échéances électorales dans un contexte de redistribution des cartes sur la scène politique congolaise. Mais avant 2023, il y a déjà un premier test en mai prochain. L’UNC tentera de remporter l’élection des gouverneurs dans la province du Kongo central.

L’ancien bras droit de l’actuel président avait été condamné en première instance en avril 2020 à 20 ans de prison pour détournement de près de 50 millions de dollars alloués. Un montant qui était alloué à la construction de maisons préfabriquées pour des militaires et des policiers.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles