RDC: tensions à la frontière de l’enclave du Cabinda

De nouvelles tensions dans l’enclave angolaise du Cabinda, petit territoire angolais situé entre les deux Congos. Depuis plusieurs semaines, des accrochages opposent les forces armées angolaises (FAA) et le Front de libération de l'enclave du Cabinda. Le Mouvement indépendantiste du Flec a lancé le 4 avril 2024 un ultimatum de 30 jours au gouvernement angolais pour qu'il retire ses troupes de l'enclave, sous peine d'intensifier ses actions armées. Des tensions qui se sont étendues à la République démocratique du Congo voisine.

Selon plusieurs sources de la société civile congolaise, les incidents entre militaires et indépendantistes dans l’enclave du Cabinda ont eu des répercutions en RDC, notamment dans le territoire frontalier de Lukula, en province du Kongo-central, à l'ouest du pays. Des deux côtés de la frontière, des témoins évoquent des mouvements de troupes, des ratissages et une intensification des patrouilles, sans plus d'explication, notamment du côté du poste frontière de Mbaka Nkosi.

« La population congolaise est laissé dans la confusion », estime un responsable de la société civile de Lukula. Un de ses collègues ajoute que ces mouvements militaires ont créé un vent de panique parmi les habitants. « Des habitants ont vu des militaires angolais franchir la frontière. Les gens ont alors préféré fuir de peur qu'il ne se passe quelque chose », mais selon cette source, la situation serait depuis revenue à la normale côté congolais.

Sécurisation de la frontière


Lire la suite sur RFI