RDC: un suspect dans l'assassinat de l'ambassadeur d'Italie revient sur ses aveux

© Handout/AFP

Devant le tribunal militaire de garnison de Kinshasa, mercredi 26 octobre, on est entré dans le fond du dossier au procès sur l’assassinat de l’ambassadeur d’Italie Luca Attanasio, de son garde du corps et d‘un chauffeur du Programme alimentaire mondial, en février 2021. Cinq suspects inculpés comparaissent. Issa Seba, le premier à être entendu par les juges militaires dans la cour de la prison militaire de Ndolo, est revenu sur ses aveux.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Comme ses quatre co-accusés, Issa Seba, la trentaine, était vêtu de l'uniforme bleu et jaune des prisonniers. Face à la cour, mercredi 26 octobre, l’homme a tout nié. Selon lui, ses aveux consignés dans le procès verbal ont été arrachés sous la torture dans les locaux de la police à Goma. Il assure n'être qu'un taxi-moto sans lien avec des bandes armées. « Je n’ai jamais manipulé ni touché à un fusil », a-t-il déclaré à la barre.

Le procureur militaire l’a pourtant présenté comme un ancien soldat déserteur ayant rejoint en 2012 les rangs de la rébellion du M23. Les autorités assurent qu’il est également impliqué dans une série de kidnappings, très courants dans la région.

Éberlué, le procureur a rejeté ces accusations de torture. L’audience a été suspendue pour une semaine. Les accusés sont retournés en prison car le tribunal militaire a rejeté leurs demandes de liberté provisoire.


Lire la suite sur RFI