Publicité

La RDC s'oppose à une nouvelle aide de l'UE au Rwanda en opération anti-jihadistes au Mozambique

La RDC pointe du doigt la responsabilité du Rwanda dans la crise du M23 et en dénonçant une politique européenne trop conciliante envers Kigali.

Avec notre correspondante à Bruxelles, Laure Broulard

Bruxelles pourrait débloquer de nouveaux fonds pour soutenir les opérations de l’armée rwandaise contre les jihadistes d’Ansar Al-Sunna au Cabo Delgado (dans le nord du Mozambique). Une enveloppe prévue dans le cadre du mécanisme de Facilité européenne pour la paix doit être discutée entre représentants des 27 dans les prochaines semaines.

Mais pour Kinshasa, cette nouvelle aide représenterait « une ligne rouge ». Le mois dernier, la signature d’un accord de coopération entre l’UE et le Rwanda sur les minerais critiques avait déjà suscité la colère de la RDC, qui accuse son voisin de piller son sous-sol. L'octroi de nouveaux financements à l’armée rwandaise serait donc « un soutien à une force accusée d'être impliquée dans le conflit dans le Nord-Kivu » et « un signe de plus de la connivence de Bruxelles avec Kigali » estime une source proche de la présidence congolaise.

Une première enveloppe de vingt millions d’euros destinée au transport des troupes rwandaises et à l’achat de matériel logistique avait été débloquée par Bruxelles en 2022. Aujourd’hui, la France ou encore le Portugal soutiennent le principe d’une deuxième tranche tandis que la Belgique et l’Espagne sont plus réticentes selon des sources diplomatiques.


Lire la suite sur RFI