RDC: la société civile s’inquiète de la situation humanitaire avec l’avancée du M23

AP - Justin Katumwa

Alors que samedi 29 octobre, à l'est de la RDC, les villes de Rutshuru et Kiwanja ont été prises par les rebelles du M23, les combats se sont poursuivis dimanche 30 octobre et plusieurs sources affirment que l'armée a lancé une contre-offensive sur des positions du M23 dans le but de reconquérir les entités prises par les rebelles. Ceux-ci gagnent du terrain sur plusieurs fronts depuis une semaine, forçant des dizaines de milliers d'habitants à se déplacer vers Goma, notamment, à 70 km.

La prise de Rutshuru aggrave davantage encore la situation de la ville, comme l'explique Gentil Karabuka, président de la société civile de Kisigari :

La population est d’abord restée terrée dans les maisons. Les rebelles M23 sont entrés dans les cités en tirant des coups de feu en l’air. Ils ont pillé aussi les kiosques. Les cités de Rustshuru et Kiwanja sont des zones qui étaient occupées par les Forces armées de la RDC et qui ont accueilli des milliers et des milliers de déplacés et dont les rebelles du M23 ont détruit les abris des déplacés dans des stades. Ces déplacés ont été obligés de gagner leurs villages et donc présentement, il y a non seulement la peur mais aussi une obligation de vivre avec les nouveaux occupants.

La société civile de Goma appelle la population à la mobilisation générale lundi 31 octobre pour protester contre la percée du mouvement armé, qualifié de « rébellion fictive », derrière laquelle se cacherait le gouvernement rwandais, selon Placide Nzilamba. Le secrétaire technique de la société civile du Nord-Kivu veut ainsi « mobiliser la communauté internationale ».


Lire la suite sur RFI