RDC: situation toujours tendue dans le Maï-Ndome

En RDC, la situation reste tendue dans le Maï-Ndome en proie à des violences intercommunautaires depuis le début du mois d'août. Selon la société civile, près de quatre personnes ont trouvé la mort dans la région, vers Bandundu. Cette crise a aussi fait des blessés et de nombreux déplacés. Médecins sans frontières (MSF) est la seule organisation humanitaire présente dans cette zone au nord-est de Kinshasa.

Médecins sans frontières (MSF) dit avoir assuré plus de 750 consultations médicales en plus d’un appui psychologique aux personnes traumatisées, mettant en avant ses activités de cliniques mobiles, d'installation de latrines, distributions d’urgence et de transport de blessés.

La « géographie des tensions semble se déplacer »

L’ONG note aussi que si dans la région de Kwamouth, les déplacés regagnent leurs maisons, les violences se sont déplacées vers l’Est et la zone de Bandundu. Alessandra Giudiceandrea est cheffe de mission MSF en RDC : « C’est effectivement la réponse à cet afflux de blessés sans négliger le support aux traumatismes que la population a vécu. Dans les zones où il y a eu une attaque en août, la population regagne leur maison graduellement. Mais tout au long de l’axe, il y a des attaques qui continuent sur d’autres villages. Disons que la géographie des tensions semble se déplacer ».

La responsable ajoute que la situation reste tendue et que MSF continue ses activités dans le Maï-Ndombe, et notamment dans la zone de Kwamouth. Un territoire où l’ONG n’était encore jamais intervenue pour des violences intercommunautaires.


Lire la suite sur RFI