RDC: un rapport conjoint de la Cenco et de l’ECC critique le processus électoral

Six mois après les élections générales en République démocratique du Congo (RDC), les églises catholique et protestante ont présenté, ce lundi 17 juin, à Kinshasa, le rapport général de leur mission électorale conjointe. Elles critiquent vivement le déroulement du processus électoral et constatent que les correctifs demandés n'ont toujours pas été mis en œuvre.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Les observateurs catholiques et protestants accusent la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de n'avoir pas assuré un processus électoral sécurisé et maîtrisé, affirmant que du matériel électoral sensible s'est retrouvé entre les mains d'individus non qualifiés.

La réponse de la Céni, par la voix de Didi Manara, l'un de ses vice-présidents, n’a pas tardé. Didi Manara a déclaré que ce rapport prête à la Céni des pouvoirs qu’elle n’a pas, notamment la sécurisation du processus électoral qui dépend du gouvernement.

Concernant l’audit externe du fichier électoral, catholiques et protestants estiment que l’opération n'a pas semblé être menée de manière indépendante et professionnelle. Selon eux, des doutes subsistent quant à la fiabilité du fichier électoral et ils s'inquiètent de voir l'Office National de l'Identification de la Population (ONIP) utiliser ces listes électorales pour produire la carte d'identité des citoyens congolais.

La mission électorale conjointe CENCO-ECC rappelle qu’elle avait mentionné de nombreuses irrégularités susceptibles de porter atteinte à l'intégrité des résultats de tous les scrutins. Elle estime que l'éclairage apporté par la Céni n'a pas été suffisant.


Lire la suite sur RFI