Vers une réélection de Denis Sassou Nguesso au Congo

par Hereward Holland
·2 min de lecture
VERS UNE RÉÉLECTION DE DENIS SASSOU NGUESSO AU CONGO

(.)

par Hereward Holland

BRAZZAVILLE (Reuters) - Les bureaux de vote ont ouvert dimanche au Congo, où le président Denis Sassou Nguesso devrait se maintenir au pouvoir, qu'il a déjà exercé pendant 36 ans, malgré une crise économique persistante et des accusations de mauvaise gestion des revenus pétroliers du pays.

Guy-Brice Parfait Kolelas, le principal rival du président sortant pour cette élection, a été hospitalisé en raison du COVID-19. Christian Cyr Rodrigue Mayanda, son directeur de campagne, a déclaré à RFI qu'il devrait être évacué dimanche matin vers la France.

Agé de 77 ans, Denis Sassou Nguesso, un ancien parachutiste, est arrivé au pouvoir en 1979. Vaincu aux premières élections pluripartites du Congo en 1992, il a reconquis la présidence en 1997, à l'issue d'une guerre civile. Il a alors modifié la Constitution afin de pouvoir enchaîner plusieurs mandats.

"Je suis très satisfait car, dans tout le pays, j'ai vu des gens mobilisés et prêts à participer au processus électoral", a déclaré le président sortant après avoir déposé son bulletin de vote dans l'urne, ajoutant qu'il souhaitait un prompt rétablissement à son adversaire Guy-Brice Parfait Kolelas.

Les observateurs des Nations unies et de l'Union européenne n'ont pas été invités à surveiller l'élection, et le ministère de l'Intérieur a refusé d'autoriser les 1.100 observateurs de l'Eglise catholique à y prendre part.

Les observateurs sont toutefois optimistes quant au déroulement pacifique du scrutin, contrairement à l'élection présidentielle de 2016 qui avait été entachée de violences.

Le pétrole est le moteur de l'économie congolaise et représente les trois quarts des recettes de l'Etat. Mais les 5,4 millions de citoyens du pays, dont 41% vivent sous le seuil de pauvreté selon la Banque mondiale, n'ont pas grand-chose à y gagner.

Selon la Banque mondiale, l'extrême pauvreté n'a fait qu'augmenter depuis les dernières élections car les revenus pétroliers ont fortement diminué dans un contexte de chute des cours mondiaux.

Le résultat de l'élection devrait être publié dans les quatre jours suivant le scrutin. Si aucun des sept candidats en lice n'obtient plus de 50% des voix, un second tour aura lieu 15 jours plus tard.

(Hereward Holland; version française Camille Raynaud et Jean-Michel Bélot)