RDC: le procès de François Beya, le «Monsieur sécurité» de Tshisekedi, renvoyé au 10 juin

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À peine ouvert vendredi 3 juin, le procès de François Beya, ancien conseiller spécial du Président Félix Tshisekedi en matière de sécurité, a été reporté d’une semaine. Le « Monsieur sécurité » est jugé par la Haute cour militaire, accusé d’avoir « formé un complot contre la vie ou contre la personne du chef de l’État ». Il était resté au service du président en dépit de la rupture fin 2020 entre ce dernier et son prédécesseur, Joseph Kabila.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Le procès a été ouvert peu après 10 heures (heure locale). Les prévenus ont été identifiés, s’en est suivi la lecture des charges qui pèsent contre eux.

Sur des images partagées par le service de communication de la cour, on voit François Beya dans une tenue de prisonnier : une tunique bleue avec de la broderie jaune. Lunettes aux yeux, une partie de son visage couverte par un masque, il affichait un air serein.

À la demande de la défense, la Haute cour a renvoyé l’audience au 10 juin prochain. Cette période devrait permettre aux avocats de la défense de scruter les 525 pièces du dossier. Ces derniers voudraient « défendre à armes égales tout en veillant au respect strict de la procédure », a indiqué l’un d’eux.

Les proches de François Beya n’ont cessé de dénoncer un faux dossier sur fond d’une guerre au sein du palais présidentiel. Les avocats devraient poser vendredi 10 juin des préalables au déroulement du procès.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles