RDC: un premier dialogue inter-congolais a pu se nouer à Nairobi

La première étape des pourparlers inter-congolais de Nairobi a pris fin mercredi 27 avril. Une vingtaine de groupes armés ont finalement participé. Ils ont chacun pris la parole pour exposer à la délégation gouvernementale congolaise leurs motivations et attentes. Une nouvelle session de consultation doit être organisée d'ici à deux semaines, selon la présidence congolaise, avant un nouveau conclave de chef d’États de l’EAC (États d'Afrique de l'Est), prévu fin mai. Retour sur cette étape.

Avec notre correspondante à Nairobi, Florence Morice

Il n’y a pas eu de négociations à proprement parler au cours de cette première phase à Nairobi, qui aura surtout servi à recueillir les attentes des participants. La liste des groupes armés participants s’est allongée au fil des jours.

Après des déboires « logistiques », les représentants du FRPI (Force de résistance patriotique de l'Ituri) sont finalement arrivés lundi 25 avril. Ils ont rejoint, entre autres, le coordonnateur de la coalition Raïa Mutomboki, plusieurs factions des Nyatura dont certaines s’étaient déjà rendues. Le très redouté NDC-Rénové de Guidon, chef de guerre sous sanctions des Nations-Unies, a également envoyé des représentants.

Il y a cependant eu quelques grands absents de poids. Le chef du groupe Maï-Maï Yakutumba, actif au Sud-Kivu, a décliné l’invitation des autorités. La Codéco, qui continue de sévir en Ituri, a été approchée, mais n’a pas rejoint Nairobi finalement. Le M23-Makenga, récemment réapparu dans le Nord-Kivu, a été écarté des discussions samedi dernier.

« Le processus ne fait que commencer et reste ouvert à tous ceux qui n’étaient pas là, quelles que soient les raisons », assure le porte-parole adjoint de la présidence, Giscard Kusema. Mercredi soir, en clôture de la rencontre, les présidents kényans et congolais se sont adressés aux participants par message vidéo. Félix Tshisekedi, a exhorté les participants à renoncer aux armes et à avoir confiance dons le nouveau programme DDR (Désarmement, démobilisation et réinsertion) créé en 2021, qui suscite l’espoir, mais dont le financement reste incomplet et incertain.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles