RDC: Patricia Nseya Mulela, une femme de consensus pour la vice-présidence de l'Assemblée

Désignée lundi 8 juin parmi les seize candidats qui se sont manifestés, cette juriste de formation a effectué des stages aux Écoles nationales d'administration de Paris et du Québec.

Avec notre correspondant à Kinshasa,  Kamanda wa Kamanda Muzembe

L'UDPS a enfin une candidate au remplacement de Jean-Marc Kabund au poste de premier vice-président de l'Assemblée nationale. Elle s'appelle Patricia Nseya Mulela. Élue de Likasi, dans le Haut-Katanga, elle est une jeune avocate qui milite dans l'UDPS depuis des années. Secrétaire nationale à la solidarité et à l'action humanitaire, elle est présentée comme la candidate du consensus désignée par le président Félix Tshisekedi lui-même.

Selon nos sources, les députés nationaux UDPS lui ont demandé eux-mêmes dimanche de choisir parmi les seize candidats qui ont affiché leurs ambitions au poste de premier vice-président de l'Assemblée nationale. Et, selon une source interne au parti présidentiel le chef de l'État a reçu les deux tendances rivales qui se disputaient la direction du parti.

À cette réunion, explique un participant, Jean-Marc Kabund a brillé par son absence, lui qui avait juré de récupérer coûte que coûte son poste par voie de justice, menaçant de sanction tout député UDPS qui oserait postuler à son remplacement. C'était sans compter avec le président Tshisekedi qui vient de dire non à la politique de la chaise vide, déclare satisfait un député UDPS. Patricia Nseya présentée au dernier moment est finalement seule dans la course pour un  vote qui aura lieu vendredi.