RDC-Ouganda: premières explications après le naufrage qui a fait au moins 41 morts

·1 min de lecture

Le bilan de cette catastrophe, survenue mercredi 23 décembre sur ce lac-frontière entre la République démocratique du Congo et l'Ouganda, a été revu à la hausse. On parle désormais de 41 corps retrouvés dans le lac.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembe

41 corps ont été repêchés dans le lac Albert après le naufrage survenu mercredi 23 décembre. Nous sommes en Ituri, province de RDC à la frontière avec l'Ouganda. Cette nuit-là, une pirogue appartenant à un sujet ougandais, avec à son bord des passagers et des colis de poisson salé, prend la direction du marché de Panyamur, situé en Ouganda.

En face du camp des pêcheurs de Kolokoto, l'embarcation est prise dans la tempête avant de chavirer, explique le gouverneur de l'Ituri, Jean Bamanisa. Parmi les victimes, figurent des Congolais et des Ougandais, affirme le chef traditionnel des Wangongo, à Mahagi-Port. Selon lui, tous ces corps ont déjà été rapatriés dans leurs familles respectives.

Selon le gouverneur, il reste un nombre indéterminé de disparus. Les recherches continuent. Concernant les causes de la catastrophe, les autorités provinciales évoquent la surcharge, le vent violent et surtout le fait que l'embarcation voguait de nuit. Les naufrages sur le lac Albert sont relativement courant. En juin dernier, deux embarcations avaient fait naufrage, provoquant la mort de 18 personnes. Souvent, les bilans sont très lourds, précisent d'autres sources sur place en Ituri, qui accusent la vétusté des embarcations, lesquelles manquent aussi de gilets de sauvetage.