En RDC, le nouveau ministère délégué du Handicap a un budget trop faible

Depuis la prise de fonction du nouveau gouvernement Ilunga en août 2019, la République démocratique du Congo a un ministère du Handicap. Mais ce dernier a un budget trop restreint pour pouvoir agir de manière visible.

Comme tous les autres pays du monde, la RDC célèbre la journée internationale des personnes handicapées, ce mardi 3 décembre. Cette célébration intervient dans un contexte particulier pour le pays qui dispose au sein de son gouvernement d’un ministère chargé des personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables pour la première fois de son histoire. C’est Irène Esambo Diata, avocate de profession qui est la ministre déléguée chargée des Personnes vivant avec handicap et autres groupes vulnérables.

La ministre plaide pour l’amélioration de la dotation dont dispose son ministère. Pour elle, le budget est en effet trop faible au vu du budget général du gouvernement : « C’est moins de 1% du budget général. Donc avec ça, ce sera difficile pour nous de travailler, surtout en ce qui concerne la construction des centres pour personnes vivant avec un handicap. Dans ces pays, cela fait plus de vingt ans qu’on ne parle plus de centres aux personnes vivant avec un handicap. »

►À écouter aussi : Alors on dit quoi - Le combat des jeunes Africains en situation de handicap

Selon la ministre, il y a urgence d’agir étant donné le contexte du pays. La RDC en proie aux violences a besoin de prendre en charge, les handicaps notamment dus aux violences : « Aujourd’hui, avec la situation des crises notamment les guerres qui affectent la République démocratique du Congo. Il y a beaucoup de personnes handicapées. Le ministère des Affaires sociales estime le taux de personnes handicapées à plus ou moins 15% de la population générale de la RDC. Avec ça, nous sommes appelés à travailler pour la construction, la réhabilitation des centres pour les personnes handicapées, pour leur formation, pour leur encadrement. Mais avec ce budget, que pouvons-nous faire ? ».