RDC: le mouvement citoyen la Lucha célèbre dix ans d’existence et de lutte

Le mouvement citoyen la Lucha a marqué ses dix années d'existence, dimanche 1er mai. Né en 2012 à Goma, dans l'est de la RDC, à l'initiative d'une poignée de jeunes, la Lucha est devenue en dix ans un acteur de la vie politique du pays et une école du militantisme pour la jeunesse.

Nous sommes début 2012, Joseph Kabila a été réélu quelques mois auparavant. À Goma, les routes sont défoncées, les services sociaux de base défaillants, les perspectives manquent et les groupes armés sévissent dans la région. Quelques étudiants ou jeunes diplômés, révoltés par cette situation, décident de mener une action non-violente et visible, dans la rue, pour demander des comptes à leurs dirigeants.

Calicots de fortune, drapeaux congolais et morceaux de tissus blancs… Au rythme des manifestations, des réunions et des arrestations, La Lutte pour le changement (Lucha) se structure, essaime à travers les réseaux sociaux, rallie de nouveaux jeunes à sa cause et se fait entendre jusqu'à Kinshasa.

Joseph Kabila rencontrera des représentants du mouvement en 2016. Ils lui diront en face qu'il doit partir à la fin de son mandat. Les élections se feront attendre jusqu'en 2018. Cette année-là, Luc Nkulula, figure historique du mouvement, meurt calciné dans l'incendie de sa maison à Goma. La justice classera l'enquête sans suite.

À ce jour, la Lucha considère que quatre de ses militants sont morts pour leur engagement pour la démocratie. Treize sont aujourd'hui en prison.

« Une cause juste et noble »

Pour son action non-violente en faveur de la paix et de la bonne gouvernance, le mouvement congolais Lucha a reçu plusieurs prix. Bienvenu Matumo, qui a rejoint le mouvement en 2013 à Goma, est fier de servir une cause qu'il qualifie de « juste » et « noble ». Pour lui, la Lucha est une école citoyenne avec une cellule dédiée à la Luchologie.

Pour les prochaines élections, prévues en 2023, la Lucha alerte sur un nécessaire consensus autour des organes, comme la Céni, pour que les futurs résultats soient acceptés de tous. Quant à l'est de la RDC, la Lucha s'inquiète de la persistance de l'état de siège et prévient aussi qu'elle s'opposera à toute impunité en faveur des auteurs de crimes contre les habitants, une référence aux négociations entamées avec les groupes armés.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles