RDC: des morts à Uvira en marge d’une manifestation contre la Monusco

Les condamnations des violences et les appels au calme se multiplient dans la communauté internationale et dans la classe politique congolaise après deux jours de manifestations contre les installations de la Monusco, qui ont fait 15 morts dans le Nord-Kivu. Pour le moment, c'est l'accalmie à Goma, à Butembo et à Beni, où les forces de sécurité congolaises ont été renforcées. En revanche, des incidents ont éclaté à Uvira dans le Sud-Kivu.

À Goma et Butembo, où 12 manifestants et trois membres de la mission de l'ONU - un casque bleu et deux policiers de l'ONU - ont trouvé la mort mardi 26 juillet, les commerces restent fermés, mais la circulation a repris. La police congolaise a renforcé sa surveillance et le gouverneur du Nord-Kivu a interdit toutes les manifestations sur la voie publique dans la province. Ce mercredi, on note quelques rassemblements et barricades à Saké, à une vingtaine de kilomètres de Goma. La police congolaise a fait usage de gaz lacrymogènes.

Dans la province voisine du Sud-Kivu, la population d'Uvira s'est massée ce matin devant le quartier général de la Monusco, malgré l'interdiction du maire. Quatre manifestants ont péri électrocutés lors de la chute de fils électriques. La Monusco dément avoir tiré le moindre coup de feu de sommation qui ait pu occasionner cet accident. Des tirs de la police destinés à disperser les manifestants auraient entraîné la rupture puis la chute de câbles électriques.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles