RDC: les habitants de Goma s’inquiètent d’éventuelles pénuries

© RFI/Paulina Zidi

Depuis l’offensive des rebelles du M23, la route nationale N°2 qui traverse la province du Nord-Kivu est quasiment coupée. Résultat : les camions de marchandises ne passent presque plus et le ravitaillement de Goma est perturbé. Par ailleurs, quelques produits maraîchers commencent à manquer pour nourrir les habitants de la capitale provinciale, les 15 000 familles déplacées aux portes de la ville.

Avec notre envoyée spéciale à Goma, Coralie Pierret

Yvette et son mari construisent leur maisonnette aux portes de Goma, sur l’un des sites de déplacés de Kanyaruchinya. Venus du village de Rugari, ils ont fui à pied les derniers combats entre les forces gouvernementales et les rebelles du M23, en début de semaine dernière. Depuis, cette mère de famille peine à nourrir ses 7 enfants.

« Beaucoup de choses manquent ici. Des légumes, des haricots. On n’a pas assez d’argent pour en acheter, c’est cher. Vous ne pouvez même pas imaginer ce que l’on mange. C’est insupportable. »

Les fruits et les légumes arrivent difficilement jusqu’à Goma et le prix des produits de première nécessité a augmenté depuis 15 jours, explique Delliance Matata, président de l’Association congolaise des commissaires en douane (ACCAD).

À lire aussi RDC: aux portes de Goma, les déplacés se retrouvent dans des conditions difficiles

Selon cet expert, 70 % des produits consommés à Goma sont importés de l’étranger, essentiellement des deux pays voisins à savoir le Rwanda et l’Ouganda.


Lire la suite sur RFI