RDC: le gouvernement interdit la consommation des eaux des rivières Kasaï et Tshikapa

·2 min de lecture

En République démocratique du Congo (RDC), première mission gouvernementale dans la région du Kasaï après la pollution des rivières Kasaï et Tshikapa par des substances toxiques déversées dans ces cours d’eau par des complexes miniers depuis l’Angola d’où ces rivières tirent leur source.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Vendredi, lors de la réunion du conseil des ministres, le gouvernement a appelé les populations à ne pas consommer l’eau polluée. Car les dégâts sont énormes : des eaux ont perdu leur couleur, les animaux aquatiques morts.

Eve Bazaïba, vice-Première ministre en charge de l’Environnement, conduit la délégation gouvernementale dans la région. Selon le compte-rendu de la réunion du conseil des ministres présidé par le Premier ministre Sama Lukonde, la vice-Première ministre devrait être rejointe dans les prochaines heures par ses collègues du Développement rural, de la Pêche, des Affaires sociales ainsi que par les services de la Santé pour apporter un appui à la population victime de ces pollutions.

Eve Bazaïba a présidé hier une réunion du conseil provincial de sécurité et avec les élus du Kasaï. Selon elle, la situation a été revue « dans tous les aspects et perspectives des solutions pérennes ».

On ne sait pas pendant combien de temps la population sera privée d’accès aux rivières, une inquiétude aussi exprimée par les élus du Kasaï. Mais Eve Bazaïba assure que des solutions urgentes sont envisagées pour protéger les populations.

De l'aide médicale pour les populations

Vendredi, son collègue de la santé, Jean-Jacques Mbungani, a informé le conseil des ministres de la distribution d’une assistance matérielle constituée notamment des kits médicaux d’urgence et des points de fourniture d’eau en faveur des populations touchées.

Il a également fait état de la poursuite de l’identification de toutes les zones de santé riveraines et ménages touchés et du renforcement de la surveillance épidémiologique dans la province. Car des cas des maladies hydriques se sont signalés.

Pendant ce temps, d’après le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, le gouvernement a saisi l’Angola pour l’évaluation mixte de cette situation. L’essentiel pour Kinshasa étant d’obtenir des réparations.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles