RDC: le FCC exige la libération sans condition de Jimmy Kitenge, secrétaire national du PPRD

En République démocratique du Congo, le Front commun pour le Congo (FCC) dénonce l’arrestation du secrétaire national, chargé de la communication, du PPRD, le parti de l'ex-président Kabila. Jimmy Kitenge est détenu à l’Agence nationale de renseignements depuis le 26 juillet dernier sans droit de visite, affirme Alain Aleng, au nom des communicateurs du FCC. Selon lui, le pouvoir actuel met en péril les acquis de la démocratie.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembe

Jimmy Kitenge Manganda a été cueilli à la sortie des studios de la chaîne Canal Congo Télévision. Le secrétaire national du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) venait de participer à une émission en direct et il a été directement conduit dans les installations de l’Agence nationale des renseignements.

Pour le Front commun pour le changement (FCC), la coalition de l'ex-président Joseph Kabila, il s’agit d’un enlèvement, d'une arrestation arbitraire et d'une détention illégale. « Jimmy Kitenge n’est assisté par aucun avocat et ne peut pas recevoir de visite », a expliqué Alain Aleng au nom des communicateurs du FCC, ce qui, selon lui, « est une violation flagrante des lois du pays. »

Le coordonnateur des communicateurs du FCC a exigé la libération sans condition de Jimmy Kitenge.

Propos outrageants

Les acteurs politiques de l’opposition et les journalistes sont quotidiennement menacés de mort, d’enlèvement ou d’arrestation à cause de leurs opinions, a encore déclaré Alain Aleng.

Selon une source proche de l’ANR, contactée par RFI, Jimmy Kitenge a été interpellé et placé en détention préventive pour propos outrageants contre les institutions et les autorités.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles