Publicité

Est de la RDC: plus d'une dizaine de civils tués lors d'une attaque contre Béni

Dans l’est de la RDC, la ville de Beni est à nouveau en deuil après le massacre d’une douzaine d’habitants par les rebelles des ADF (forces démocratiques alliés). L’attaque a eu lieu dans la nuit de dimanche et a été revendiquée par le groupe État islamique dans un quartier de la périphérie de Beni, qui totalise cette année 10 ans sous exactions de ce groupe armé d’origine ougandaise.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

D’après les autorités, les assaillants avaient Ahmad Mahmood Hassan à leur tête, un Tanzanien d’origine arabe d’Oman, présenté comme numéro 3 du groupe ADF. Avec ses hommes, il a profité d’un vide sécuritaire et du désordre créé par des milices locales, selon le porte-parole de l’armée, le capitaine Anthony Mwalwishay. « Les terroristes ont tout simplement profité de la cacophonie semée par des jeunes qui se réclament des compatriotes et aussi des voleurs de cacao qui sont visibles dans plusieurs champs », a-t-il indiqué.

Selon le porte-parole de l'armée de la RDC, « la menace perdure ». « Nous sommes en contact avec ces jihadistes qui ont la volonté maintenant d’aller vers la partie sud de notre zone opérationnelle pour déstabiliser davantage la route Beni-Butembo »,précise-t-il.


Lire la suite sur RFI