RDC: Trente réfugiés burundais tués dans des heurts avec l'armée

Des membres de l'armée en faction dans les rues de Kinshasa, en RDC. Trente réfugiés burundais ont été tués dans des affrontements avec les forces de l'ordre dans un camp de l'est de la République démocratique du Congo, selon des militants. /Photo prise le 29 juin 2017/REUTERS/Kenny Katombe (Reuters)

KINSHASA (Reuters) - Trente réfugiés burundais ont été tués dans des affrontements avec les forces de l'ordre dans un camp de l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris samedi auprès de militants. Des soldats et des policiers ont ouvert le feu sur des réfugiés qui protestaient contre le projet de renvoyer certains d'entre eux au Burundi, ont raconté des militants à Reuters. Le camp est situé dans la commune de Kamanyola. Plus de 400.000 réfugiés ont fui le Burundi, dont 40.000 en RDC voisine, depuis que des violences ont éclaté dans ce pays en avril 2015, à l'annonce par le président Pierre Nkurunziza de son intention de briguer un troisième mandat, décision qui, selon ses opposants, était contraire à la Constitution. Selon Wendo Joël, un militant de la région, les forces congolaises ont ouvert le feu vendredi sur des réfugiés qui venaient de tuer un soldat et tentaient de libérer plusieurs des leurs, arrêtés par les services de renseignement. "Les soldats ont d'abord tiré en l'air mais il y avait beaucoup de réfugiés", a déclaré Wendo Joël à Reuters. "Les soldats ont d'abord tiré en l'air, mais les réfugiés étaient nombreux", a-t-il ajouté. "Ils se sont emparés d'une arme et ont tué un militaire. J'ai compté 32 corps. Il y a aussi une centaine de blessés". Les images tournées par Reuters TV montrent plus de 30 corps recouverts par des draps au bord de la route. Une porte-parole de l'Onu a dit pouvoir confirmer 18 morts et indiqué que ce chiffre devrait être revu à la hausse. De nombreux réfugiés se sont mis à l'abri au siège de la mission de maintien de la paix des Nations unies, non loin de là. Un porte-parole de l'armée, Dieudonné Kasereka, a confirmé à Reuters qu'il y avait bien eu des heurts entre des soldats et des réfugiés armés de poignards et de machettes, mais il a ajouté ignorer s'il y avait eu des morts. Selon un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), plus de 2.000 demandeur d'asile et réfugiés vivent à Kamanyola dans des familles d'accueil. (Patient Ligodi avec Aaron Ross et Crispin Kyalangalilwa; Eric Faye et Danielle Rouquéi pour le service français)