RDC: la diplomatie s'active après l'avancée du M23

AFP - GUERCHOM NDEBO

L’avancée du M23 dans le Rutshuru défraie toujours la chronique en République démocratique du Congo. Les rebelles occupent, depuis le week-end, les cités de Rutshuru-centre et Kiwanja et certains se sont rapprochés de Rumangabo, à environ 40 km de Goma, la capitale provinciale. Ce week-end, plusieurs leviers diplomatiques ont été activés pour parvenir à la désescalade.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Depuis Bruxelles, l’Union européenne a multiplié, ce week-end, les contacts avec Kinshasa et Kigali. Le but, renseigne une source diplomatique, est de parvenir rapidement à la cessation des hostilités et à la reprise du processus politique.

Les États-Unis ont procédé de la même manière. Ils ont condamné l’avancée du M23 et appelé, une fois de plus, à l’arrêt du soutien à ce mouvement. Le bureau des affaires africaines du département d'État américain a échangé directement au téléphone avec les hautes autorités congolaises et rwandaises, appelant au dialogue et à une médiation régionale.

C’est également l’avis de l’Union africaine qui s’est fendue d’un communiqué signé par le président en exercice, Macky Sall, et le président de la Commission, Moussa Faki.

Du côté des Nations unies, Antonio Guterres a appelé directement le président rwandais Paul Kagame. Il a insisté sur les voies pacifiques et sur le respect des engagements pris dans le cadre des processus de Nairobi et de Luanda.

À lire aussi : À la Une: la tension monte entre la RDC et le Rwanda


Lire la suite sur RFI