RDC: débat autour du bilan de Jeannine Mabunda à la présidence de l'Assemblée nationale

·2 min de lecture

En République démocratique du Congo (RDC), l'Assemblée nationale sera en session extraordinaire à partir de ce mardi 5 janvier. Les députés devront, au cours de cette session, élire le nouveau bureau en remplacement de celui qui était dirigé par Jeannine Mabunda et qui a été désavoué pour mauvaise gestion. Avant cette échéance, deux parlementaires se penchent sur l'action de Jeannine Mabunda à la tête de l'Assemblée nationale.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembe

Pour le député Coco Mulongo, de l'UDPS, Jeannine Mabunda a tout simplement mal géré l'Assemblée nationale : « Mme Mabunda n'a pas su tenir la comptabilité de l'Assemblée nationale. Je crois que la coalition FCC-Cach a donné beaucoup trop de pouvoirs à Mme Mabunda. Elle a oublié que l'autorité morale, Joseph Kabila, n'était plus président de la République. Mme Mabunda a été plusieurs fois en désaccord avec le président de la République, et même avec son gouvernement. Elle n'a pas su nommer nos assistants. »

De son côté, Dhédhé Mupasa, de l'Alliance des démocrates pour le progrès et le renouveau, a relevé plusieurs points positifs dans cette gestion : « On n'a pas eu beaucoup de dérapages ou de conflits avec le gouvernement. D'une manière générale, je peux dire que c'était une bonne personne, mais qu'on l'a mal utilisée, dans un environnement changeant. Les comportements politiques étaient comme si c'était toujours le FCC qui était majoritaire et gérait seul. Dans une alternance politique et de coalition, elle n'a pas démérité. »

Plusieurs députés du FCC, proches de Jeannine Mabunda, n'ont pas daigné s'exprimer. L'ex-présidente de l'Assemblée nationale, elle-même, n'a pas pris la parole publiquement depuis sa destitution. Selon le bureau provisoire, elle se trouve à l'étranger pour des soins médicaux, suite à un accident de circulation.