RDC: le conseiller sécurité du président Tshisekedi, François Beya, inculpé pour complot

Son procès s’ouvrira vendredi 3 juin 2022 devant la plus haute juridiction pénale des forces armées congolaises. C’est un procès sous haute tension contre François Beya, un homme qui a servi les dirigeants successifs du pays.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Après avoir été arrêté par l’Agence nationale des renseignements en février dernier, François Beya avait été placé en détention à la prison centrale de Makala par l’auditorat général des forces armées. Auditionné par la justice militaire en avril, son inculpation vient donc de lui être notifiée.

Son procès se tiendra vendredi devant la Haute Cour militaire. Une Cour dont les arrêts ne peuvent faire l’objet d’aucun appel.

De sources judiciaires, celui qui était le conseiller sécurité du président Félix Tshisekedi est donc inculpé de plusieurs chefs d’accusation : complot contre la vie ou la personne du chef de l’État, incitation des militaires à la désobéissance et à commettre des faits contraires à leur statut. Une affaire relevant donc de la sûreté de l’Etat. Quatre généraux dont le chef des renseignements militaires et le chef de la police de Kinshasa ont été désignés par l’auditorat militaire comme témoins à charge.

Les proches de François Beya et le collectif qui défend ses intérêts dans les médias plaident pour que les audiences soient publiques et retransmises en direct sur la télévision d’État et parlent d’un complot qui cache une guerre de palais dans l’entourage du Président congolais.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles