RDC: un Congolais sur trois frappé par une grave insécurité alimentaire

·2 min de lecture

Insécurité, déplacements de populations, restrictions liées au Coronavirus… Pour toutes ces raisons, la situation alimentaire se dégrade en République démocratique du Congo (RDC) et cela inquiète l'ONU. Plus de 27 millions de personnes sont au bord de la famine.

Le Programme alimentaire mondial et l'Agence des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) vient de réaliser une étude auprès de 60 millions d'habitants de RDC, y compris en zone urbaine.

Selon cette étude, plus de 27 millions de personnes, soit près d'un Congolais sur trois, sont aux stades 3 et 4 de l'insécurité alimentaire aiguë c’est-à-dire les stades précédant la famine, nous explique Nourou Macki Tall, représentant adjoint de la FAO en RDC. C 'est trois fois plus qu'il y a trois ans.

« Ils adoptent notamment des stratégies de survie, c'est-à-dire sauter au moins un repas par jour et, au sein de la famille, c’est avoir des priorités, c’est-à-dire qui doit manger. Ce sont des déplacés internes et des réfugiés qui sont les plus frappés, en plus des populations autres qui sont déjà dans une situation précaire, avec l’impact notamment du Covid-19. Les populations ne peuvent pas diversifier leurs sources de revenus pour pouvoir accéder aux marchés si dans ces mêmes marchés il y a l’insécurité, comme notamment dans les provinces les plus affectées, le Nord-Kivu et Sud-Kivu », souligne-t-il.

Une assistance alimentaire immédiate et sauver la campagne agricole

« La première action immédiate c’est une assistance alimentaire immédiate sous forme de vivres ou de cash, là où il y a des marchés qui fonctionnent. La deuxième action immédiate c’est fournir à ces populations les moyens pour sauver la campagne agricole de mai et la campagne agricole de septembre. Plus de 80% des producteurs n’ont pas accès aux semences de qualité », précise explique Nourou Macki Tall, représentant adjoint de la FAO en RDC.

À lire aussi: RDC: le cri d'alarme de la FAO sur la crise alimentaire