RDC: le conflit à Beni pousse la population à fuir jusqu'à Manono

Depuis 10 jours, près de 20 personnes ont été tuées dans le territoire de Beni. Ces violences s’accentuent dans un contexte d’Etat de siège doublé d’une offensive menée par les armées congolaise et ougandaise dans la région. Une situation qui pousse des milliers de personnes à fuir leurs localités. Cela dure depuis plusieurs années. Et dans ce contexte, les opérations de réunification familiale sont très difficiles surtout pour des cas où des milliers de kilomètres séparent les membres de famille.

Avec notre envoyé spécial entre Beni et Mano, Patient Ligodi

Le petit avion atterrit à l’aéroport de Manono. A son bord, une dizaine d’enfants dont Jérémie, 15 ans. Soulagé de quitter enfin la région de Beni, il va rencontrer son père plus de dix ans après leur séparation. « Je suis de retour à la maison. Je suis venu étudier. Plus tard, je veux devenir ingénieur informaticien. Je veux travailler avec les ordinateurs ».

Le véhicule s’arrête. C’est le grand moment. Timothée, le père est ému en embrassant son fils aîné après plusieurs années de séparation et d’angoisse. Après les retrouvailles, Timothée raconte le jour de la séparation dans la ville de Beni. « Ce matin-là, j’étais déjà sorti de la maison. C’est vers 10 heures que des coups de feu ont commencé à retentir dans la ville. J’ai tout fait pour rentrer et arriver à la maison. Ma femme et les enfants n’étaient plus là. Je me suis tenu la tête ».

Il ne reverra plus son fils et apprendra que sa femme a été tuée. Aujourd’hui, ce commerçant refait sa vie à Manono et pense déjà à l'avenir de Jérémie. « Mon fils aîné, il doit rentrer à la maison. Il doit aller à l’école et faire honneur à son père. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles