RDC: les combats s'étendent au Nord-Kivu alors que la diplomatie s'active à Kinshasa

© RFI/Paulina Zidi

Les combats se sont poursuivis ce samedi 12 novembre 2022 au Nord-Kivu. De nouveaux violents affrontement ont opposé l'armée congolaise aux rebelles du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo. Et les violences ont atteint le territoire du Nyiragongo, voisin du Rutshuru.

Pour la première fois depuis le mois de mai, des combats ont été signalés dans le territoire de Nyiragongo, au sud du Rutshuru. Plusieurs sources évoquent des détonations entendues du côté de Kibumba, à une vingtaine de kilomètres au nord de Goma.

L’armée congolaise ne commente pas ces affrontements. Impossible aussi d’avoir pour l’instant un bilan officiel, que ce soit du côté du gouvernement ou des FARDC. Le M23 a, quant à lui, diffusé, samedi, un communiqué dans lequel il affirme que les bombardements de l’armée congolaise ont provoqué la mort de civils dans trois villages de la province du Ruthsuru. Ces rebelles dénoncent également la stratégie offensive adoptée par Kinshasa, stratégie qui serait responsable, selon eux, des déplacements massifs de population et qui accentuerait « la crise humanitaire en cours ».

De son côté, la société civile de Rumangabo, une localité du Rutshuru occupée par le M23, évoquait dans un communiqué une dizaine de morts parmi les civils pour la seule journée de vendredi - conséquences des affrontements.

Couloir humanitaire

La société civile demande désormais aux « deux belligérants, à la communauté nationale et internationale » de mettre en place un couloir humanitaire pour permettre aux civils d’évacuer les zones en conflit, un couloir de 72 heures à dater du dimanche 13 novembre. Néanmoins, de nombreux réfugiés continuent toujours à rejoindre les sites de déplacés.


Lire la suite sur RFI