RDC: le collectif «Le Congo n'est pas à vendre» déplore la plainte contre Pascal Mulegwa

·1 min de lecture

Pascal Mulegwa, journaliste à RFI, est poursuivi en République démocratique du Congo (RDC) par le sénateur José Makila. Il est accusé d'avoir relayé le contenu d'un rapport de l'Observatoire de la dépense publique (Odep) qui pointait du doigt la mauvaise gestion financière de la société publique de transport Transco, dont José Makila était le ministre de tutelle au moment des faits, ce que dénonce collectif Le Congo n'est pas à vendre (CNPAV).

Le collectif Le Congo n'est pas à vendre (CNPAV), qui regroupe une vingtaine d’ONG et dont fait partie de l'Observatoire de la dépense publique (Odep), regrette par la voix de son porte-parole, la procédure judiciaire lancée à l'encontre de Pascal Mulegwa, journaliste à RFI.

►À lire aussi: RDC :RFI soutient son correspondant Pascal Mulegwa poursuivi en diffamation

« Il est inadmissible aujourd’hui encore qu’on puisse poursuivre des journalistes qui font leur travail. Aujourd’hui en RDC, cela tend à devenir une habitude d’intimider et d’arrêter les journalistes pour les empêcher de faire leur travail. Mais aussi d’empêcher ce qu’ils dénoncent, la corruption », estime Jean-Claude Mputu, porte-parole du Collectif le Congo n'est pas à vendre.

Et ce dernier de poursuivre : « Ces méthodes, pour le CNPAV, font partie d’un plan général des hommes politiques pour intimider les médias, les lanceurs d’alerte et les activistes. Cela est inadmissible. Voilà pourquoi nous demandons aux autorités et à la justice de se ressaisir et de poursuivre les vrais criminels et non des journalistes qui font leur travail ».