RDC : la coalition Lamuka s'invite dans le débat sur la désignation de la nouvelle Céni

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Martin Fayulu et Adolphe Muzito, les deux leaders de la plateforme d’opposition Lamuka étaient samedi devant des milliers de militants massés à la place sainte Thérèse, dans la commune populaire de Ndjili. C’était le premier meeting d’opposition depuis un an, et Martin Fayulu en a profité pour se prononcer sur l’impasse et la crise qui secouent la classe politique et les confessions religieuses autour de la désignation des animateurs de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), à deux ans de la fin du premier quinquennat de Felix Tshisekedi.

Avec notre correspondant, Pascal Mulegwa

Martin Fayulu et ses partisans connaissent bien Sainte Thérèse, dans la commune de Ndjili. Ils sont des milliers à attendre sous le soleil. A 16 heures, leur patience est récompensée par l’arrivée de Martin Fayulu venu mettre les points sur les « i ».

« Il faut qu’on avance. Cette loi qui a été votée au parlement pour la nouvelle commission électorale est mauvaise, nous n’allons pas accepter d’une Céni politisée, mobilisez–vous pour qu’ils arrêtent de déléguer des hommes politiques pour des postes à la Céni. Nous prévenons aussi que nous n’allons accepter aucun report des élections de 2023, pas question de glissement. Enfin, nous disons NON à la fraude, il ne faudrait pas qu’on nous vole encore notre victoire. Pour réformer la loi sur la Céni, il faudrait juste trouver un consensus, il y a encore du temps ».

A lire aussi : Désignation du président de la Céni en RDC: catholiques et protestants haussent le ton

Les Eglises catholique et protestante pensent au contraire qu’il n’y a plus de temps. Pour éviter tout report des scrutins, elles souhaitent que l’administration sortante de la Céni se penche dès maintenant sur les préparatifs techniques, avant même la nomination d’une nouvelle équipe. Mais sur ce point aussi Martin Fayulu se veut intransigeant, notamment vis-à-vis du président de la commission, nommé sous Joseph Kabila et toujours en poste.

« Je mets en garde tout le monde. Que Corneille Nangaa n'ose même pas toucher à un seul document de la Céni. Nangaa et son bureau doivent être chassés. L'administration existe à la Céni. Cette administration, comme les princes de l'Eglise de l'ECC et de la Cenco l'ont dit, elle peut faire le travail pour qu'il n'y ait pas de retard. Qu'ils fassent l'inventaire, qu'ils s'apprêtent techniquement. Corneille Nangaa devrait déjà être en prison. »

A lire aussi : RDC: le président du bureau sortant de la Céni lance des réflexions en prévision de 2023

Pour faire valoir ses idées, l’opposant qui se présente comme « président élu », mise sur la pression de la rue avec notamment une marche prévue dans une semaine. Après six mois, il a lors de ce rassemblement repris les commandes de la coalition Lamuka des mains son allié, Adolphe Muzito.

Martin Fayulu et Adolphe Muzito ont par ailleurs noté l’échec de l’état de siège dans les provinces du Nord–Kivu et Ituri. Ils ont appelé au retour à l’administration civile.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles