RDC: chefs coutumiers et religieux s’engagent à lutter contre les violences sexuelles

© Denise Maheho/RFI

C’est une première en République démocratique du Congo (RDC). Les leaders traditionnels et chefs religieux s’engagent à lutter contre les pratiques, à la base, des violences sexuelles. Ils ont signé un acte d’engagement, vendredi 4 novembre, à Lubumbashi, à l’issue du forum national intitulé « Traditions et religions pour mettre fin aux violences basées sur le genre ».

Avec notre correspondante à Lubumbashi, Denise Maheho

Le nombre de cas de violences sexuelles reste préoccupant dans le pays. Selon le ministère du Genre, Famille et Enfant, en 2021, 97 375 cas ont été rapportés contre 70 142 cas en 2020, soit une augmentation de plus de 38 %.

Plus de deux cents personnes ont pris part à ces travaux, de deux jours, organisés par le Fonds des Nations unies pour la population, en partenariat avec le gouvernement congolais.

« Nous, chefs coutumiers et leaders religieux, déclarons ce qui suit : abolir tous les us et coutumes négatives, entre autres, le mariage d’enfants. Il en est de même des pratiques religieuses qui ne favorisent pas l’égalité. »

C’est dans une salle de l’hôtel Karavia et devant les autorités du pays que les leaders traditionnels et religieux ont pris cet engagement. Ils reconnaissent que l’insécurité et les conflits armés ne sont pas les seuls facteurs à la base des violences sexuelles. C’est le cas dans la chefferie d’Aliwasa, près de Kisangani, où 70 % des filles de moins de 15 ans en sont victimes.

Pour Abdallah Mangala, représentant de la communauté islamique du Congo, la lutte contre ce fléau exige l’application des textes.


Lire la suite sur RFI