Publicité

RDC: le chef du parti présidentiel accuse Joseph Kabila de soutenir le M23

Ce samedi 30 mars, le chef du parti présidentiel Augustin Kabuya a accusé l'ancien président congolais Joseph Kabila de soutenir les rebelles du M23 dans la province du Nord-Kivu après que quelques jeunes cadres du parti de Kabila ont rejoint les rebelles au Nord-Kivu portés notamment par l’ancien président de la commission électorale Corneille Nangaa. Le parti de Kabila s'est désolidarisé de ce nouveau groupe rebelle.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Devant plus d’un millier de militants de son parti, Augustin Kabuya n’a pas hésité à accuser l’ancien camp présidentiel d’être derrière les rebelles du M23. Le secrétaire général de l'UDPS, le parti présidentiel, n’a pas pris de gants. Il est allé jusqu’à affirmer que l’ex-président Kabila a récemment fui le pays sans en aviser les services de migration. « Il n’habite plus ici. Retenez dans vos cœurs ceci, cette situation que nous traversons, c'est toujours Kabila qui est à la base de cette situation », a notamment déclaré Augustin Kabuya avant d’expliquer que l'ex-président aurait demandé à un dirigeant africain d’appuyer le chef rebelle Corneille Nangaa « avec tous les moyens financiers et logistiques ».

Ces propos ont révolté le camp Kabila. Pour Barbara Nzimbi, la conseillère en communication de l’ancien chef de l’État, ces affirmations sont « graves, irresponsables, incohérentes et frisent la folie ». Le parti de Tshisekedi croupît, selon elle, dans la « distraction » et ces accusations ne servent qu’à justifier son échec à la tête du pays.


Lire la suite sur RFI