RDC: au moins 22 morts dans une attaque dans le Nord-Kivu

·2 min de lecture

L’année 2020 a été marquée par la poursuite des attaques régulières contre les populations civiles dans l’est de la RDC. Elle s’est ainsi terminée par un bain de sang le 31 décembre dans le territoire de Béni, au Nord-Kivu. L’administration dit avoir récupéré 17 corps sur les lieux, la société civile décompte au moins 22 morts.

Il est un peu plus de 9 h ce jeudi matin lorsque les hommes armés arrivent à Tingwe. Pendant 3 h environ, ils sèmeront la mort dans les champs avoisinant ce village et celui voisin de Kamungu. Nombre de paysans sont massacrés et décapités à la machette.

Certains parviennent à s’enfuir, comme Jules, joint par le correspondant de RFI en swahili Ericksson Luhembwe : « Je rentrais de mon champ à Tingwe lorsque je suis tombé sur ces assassins. Je me suis enfui bien sûr ! Ils étaient dans des tenues militaires très sales. J’ai vu que leur uniforme ne portait aucun insigne. Ils ont commencé à me poursuivre. Par ailleurs, mes enfants étaient avec leur grand-mère. Ils ont pu fuir, mais la grand-mère a été attrapée. Après l’attaque, ils ont compté une vingtaine de cadavres, dont celui de la grand-mère. Ce sont tous les paysans qui revenaient des champs qui ont été attaqués. »

Alertés par des rescapés, des soldats des Forces armées de RDC sont arrivés sur place dans l’après-midi. Pour les autorités locales, nul doute que les assaillants sont des ADF qui poursuivent leurs attaques en mesure de représailles contre les opérations menées par la Monusco et l’armée congolaise.

Pourtant selon un responsable de la société civile, les opérations avaient largement diminué ces derniers temps. Les FARDC n’avaient pas reçu le soutien nécessaire à la poursuite de la dernière phase de l’opération Soukola lancée en octobre 2020.

1 135 civils tués dans le territoire de Béni

Le Centre d’étude pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme (CEPADHO), une organisation locale de la société civile, a décompté 1 135 civils tués dans le territoire de Béni entre début décembre 2019 et fin novembre 2020.