RDC: au Katanga, rencontre à l’initiative de l’Église catholique autour du «vivre ensemble»

Depuis quelques années déjà, des conflits opposent certains leaders politiques katangais avec des répercussions sur les communautés de la région. Le cas le plus frappant est celui qui oppose l’ancien chef de l’État Joseph Kabila à Moïse Katumbi, ancien gouverneur du Katanga. Selon l’Église catholique qui a initié ce forum, ces assises sont une occasion pour enterrer la hache de guerre et d'œuvrer pour le développement de la région.

Avec notre correspondante à Lubumbashi, Denise Maheho

Les discussions se tiennent au centre pastoral de l’archevêché de Lubumbashi. Dans la salle, Moïse Katumbi et Jaynet Kabila sont assis côte à côte. Depuis quelques années, entre l’ancien gouverneur du Katanga et Joseph Kabila les tensions étaient fortes.

Pour le professeur Huit Mulongo, proche de Moise Katumbi, c’est un premier pas vers la réconciliation. Sous l’ancien régime, Huit Mulongo a passé trois ans en prison mais aujourd’hui il regarde vers l’avenir : « Le geste est posé. Vous savez aussi qui notre petite sœur (Jaynet Kabila) représente dans cette famille. Moi-même, je suis l’un de ceux qui portent des plaies énormes. Mais je me dis qu’on doit y arriver. »

Pour, Félix Kabange, membre du FCC de Joseph Kabila les dissensions existent au sein de la classe politique, mais l’urgent est de renouer le dialogue : « Leaders politiques ne se parlaient plus. S’ils peuvent parler comme des frères, cela veut dire que même le débat sur le plan idéologique peut se faire entre frères. Le plus important c’est : quel est l’intérêt du Katanga ? Je tiens à dire que nous ne sommes pas venus pour reconquérir le pouvoir. »

Si Jaynet Kabila s’est exprimé en deux mots le seul message qu’elle souhaite faire passer c’est le travail avant tout.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles