Publicité

RDC: récit des nombreuses péripéties avant la libération du journaliste Stanis Bujakera

En RDC, Stanis Bujakera est finalement sorti de prison mardi 19 mars, tard dans la nuit, après une série de rebondissements qui ont tenu en haleine tout Kinshasa. Condamné lundi 18 mars à six mois de prison pour « contrefaçon », « faux en écriture » et « propagation de faux bruits », le journaliste congolais devait être libéré immédiatement pour avoir déjà purgé sa peine. Mais les choses ne sont se sont passées comme prévues. Retour sur une soirée rocambolesque.

« Un désespoir profond suivi d'un grand soulagement. » C'est ainsi que décrit un des collègues du journaliste congolais Stanis Bujakera, qui a été au cœur de cette longue journée de mardi, les sentiments par lesquels ils sont passés.

Tout s'était bien déroulé jusqu'aux environs de 16h00 locale, à Kinshasa. « Nous étions à la prison de Makala où Stanis était déjà engagé dans le processus de libération », explique-t-il en précisant que « l'amende équivalente à 400 dollars américains et les frais de justice de 545 dollars avaient déjà été payés, lorsqu’on nous a dit que le procureur venait de faire appel », ce qui est suspensif de l'exécution de la décision du tribunal.

C'est le choc. Le journaliste est remis dans sa cellule et ses amis, obligés de repartir sans Stanis Bujakera, vers 18h00.

Appel du procureur retiré


Lire la suite sur RFI